Contenu

Communiqué de presse du Comité régional Grandes Cultures 2021

Hauts-de-France : un comité régional des Grandes Cultures consacré au plan de relance

Le Comité Régional des Grandes Cultures de la région Hauts-de-France s’est réuni le 28 juin 2021.

Un point détaillé a pu être fait sur l’anticipation des moissons à venir. Le comité a pris connaissance des analyses et des estimations établies par FranceAgriMer, par les services de la DRAAF et par Arvalis concernant les surfaces de production, les conditions de culture et les prévisions de rendement pour la récolte 2021. Les membres du comité, au vu de leur expertise et de leur observation quotidienne du terrain, ont estimé que les prévisions de rendements moyens, dans l’état actuel de la situation, s’établissaient proches des moyennes quinquennales, autour des valeurs suivantes pour la région : 89 quintaux par hectare pour le blé tendre, 80 pour l’orge d’hiver, 67 pour l’orge de printemps, 34 pour le colza et 40 pour le pois. Le comité souligne toutefois que des différences marquées sont à prévoir en fonction des zones dont la qualité des sols et le bilan hydrique sont sensiblement différents.

Il rappelle également que chaque acteur de la chaine de production, des agriculteurs aux maillons finaux en passant par les organismes stockeurs, doit se mobiliser pour veiller à préserver la qualité des différents lots récoltés. L’ensemble des acteurs professionnels membres du comité sont pleinement mobilisés en ce sens.

Par ailleurs, un bilan à date a été présenté sur les mesures du plan de relance concernant les grandes cultures :

. 1 566 dossiers de demande d’aide qui ont été déposés par les agriculteurs de la région sur les mesures d’aide à l’investissement pour réduire l’utilisation des intrants (sur 14 811 dossiers nationaux).
. Les volets « protéines amont » ont fait l’objet du dépôt de plus d’une centaine de dossiers en région.
. L’aide aux aléas climatiques sera rouverte sous une nouvelle forme le 12 juillet, afin d’accueillir des investissements plus conséquents (plafond de 150 000 € contre 40 000 € actuellement), et de permettre des montants de financement jusqu’à 40% de l’investissement total. A ce jour, seulement 282 dossiers ont été déposés dans la région pour 3 631 au niveau français.
. Les dispositifs de structuration des filières ont également été présentés, ainsi que les lauréats déjà connus pour les Hauts-de-France : le projet CEPTADOR, porté par Téréos, sur la transformation de la pulpe de betterave et son utilisation en alimentation animale en substitution du maïs ensilage ; le projet national Protéinew, pour le développement de la production de protéines à partir de différentes espèces ; Biogaz du Haut Pays en région sur de la méthanisation.
. Le Renforcement du Fonds Avenir Bio, pour la structuration de la filière Bio, est ouvert jusqu’au 31 août. Enfin, les mesures « plantons des haies », et crédits d’impôts HVE sont encore accessibles aux agriculteurs.

Enfin, sur la base des conclusions d’une étude d’Intercéréales, le Comité a décidé d’engager des travaux sur l’adéquation entre l’offre et la demande pour la filière blé tendre. La localisation privilégiée et le potentiel de la région Hauts-de-France, tant au niveau quantitatif (20 % de la production nationale provient de la région) que qualitatif, sont des atouts majeurs pour répondre aux nombreux débouchés intérieurs ou internationaux.

Les sujets à creuser comprendront l’adaptation des semences en prévision des marchés futurs ; ainsi que les questions de logistique, avec notamment l’aspect carbone à prendre en compte. A une échelle géographique plus réduite, il conviendra sans doute aussi de réfléchir aux actions à mener sur les marchés intérieurs, pour améliorer notre balance commerciale régionale.