Contenu

Communiqué de presse du CRC 2018

Hauts-de-France : un comité régional des céréales, désireux de contribuer par des actions concrètes en région au plan de transformation de la filière céréalière

Le Comité régional des céréales de la région Hauts-de-France s’est réuni le 5 juillet 2018.

Il rappelle que les moissons qui sont en cours ou qui commencent doivent voir chaque acteur de la chaîne de production, des agriculteurs aux maillons finaux en passant par les organismes stockeurs,
se mobiliser pour veiller à préserver la qualité des différents lots récoltés. L’ensemble des acteurs professionnels membres du comité sont pleinement mobilisés en ce sens. La démarche collective,
organisée et formalisée, autour de l’objectif export, devrait conforter cet engagement.

Le comité a insisté sur l’importance de mobiliser tous les moyens pour dynamiser les filières régionales. A la suite de la présentation du plan national de transformation de la filière céréalière par Intercéréales, il propose de se réunir en septembre pour identifier des actions, relevant typiquement d’une mise en oeuvre régionale, déjà réalisées (dans l’objectif de les recenser et de les valoriser)
et des actions, relevant typiquement d’une mise en oeuvre régionale, non encore réalisées et sur lesquelles les acteurs régionaux de la filière céréalière pourraient s’engager.

Le comité a enfin pris connaissance des analyses et des estimations établies par FranceAgriMer, par les services de la DRAAF et par Arvalis concernant les surfaces de production, les conditions de culture et les prévisions de rendement pour la récolte 2018. Les membres du comité, au vu de leur connaissance et de leur observation quotidienne du terrain, ont estimé que les prévisions de rendements moyens s’établissaient autour des valeurs suivantes pour la région : 84 quintaux par hectare pour le blé tendre, 75 pour l’orge d’hiver, 68 pour l’orge de printemps et 34 pour le colza. Le comité souligne toutefois que des différences marquées sont à prévoir en fonction des zones dont la qualité des sols et le bilan hydrique sont sensiblement différents.